Traitement et valorisation des déchets

Menu

Toutes les informations sur les collectes dans votre commune

Le tri des différents déchets, demandé aux habitants, permet d’orienter au maximum les déchets vers la valorisation. Chaque type de déchets est traité différemment en fonction de sa nature.

Quelques définitions

La valorisation des déchets : ce sont toutes les opérations qui visent à obtenir, à partir des déchets, des matériaux réutilisables ou de l’énergie.

Le recyclage : c’est la transformation d’un déchet en un nouvel objet en utilisant sa matière.

Le tri sélectif et le recyclage

Le verre

Les emballages en verre déposés dans les conteneurs dédiés sont acheminés tout d’abord vers un silo à Arçonnay. Comme nous ne déposons que des emballages en verre, il n’y a pas besoin de tri pour ce matériau. Le tri et le recyclage du verre existe en France depuis 1974.

Le verre est recyclable à l’infini et à 100 %.

Après ce stockage, les emballages en verre sont acheminés vers une usine de fabrication d’emballages en verre, principalement celle de Vayres (33), mais aussi à Reims (51).

Comment se recycle le verre ?

Une fois arrivé au site de traitement, les éléments « indésirables » comme les métaux, les bouchons, les papiers sont séparés du verre. Le verre est ensuite cassé en petits morceaux, appelé le calcin.

Cette matière est ajoutée aux matières premières (sable, calcaire, carbonate de sodium) dans les fours de verrerie pour y être fondue.

De nouveaux emballages sont ensuite moulés, remplis et mis sur le marché !

Pourquoi ne peut-on pas recycler les objets en verre (miroir, ampoules, vaisselle) avec les emballages ? 

La composition du verre d’emballage est différente de celle des objets en verre et cela complique le recyclage, voir le rend impossible : la vaisselle transparente ayant une température de fusion supérieure à celle des emballages.

Pourquoi le tri et le recyclage du verre sont importants ?

Tout d’abord on économise de la matière première : une tonne de verre recyclé permet d’économiser plus d’une demie-tonne de sable et environ 100 kg de calcaire.

Le recyclage permet également des économies d’énergie : le calcin utilisé lors du recyclage fond plus facilement et demande donc moins d’énergie.

Quand on ne trie pas les emballages en verre et qu’on les jette avec les ordures ménagères, ces emballages, qui pèsent lourd, vont être enfouis, ce qui représente un coût financier important. De plus, le verre est la matière la plus longue à se dégrader : environ 4000 ans !

Le monoflux

Qu’appelle-t-on le monoflux ? Ça désigne tout ce qu’on met dans les conteneurs à signalétique jaune ou les sacs jaunes (papier, briques, emballages en plastique, métal et carton).

Les usagers du territoire sont passés à ce mode de collecte en …
La collecte était auparavant organisée en biflux : les papiers et petits emballages en carton étaient collectés séparément des briques et des emballages en plastique et métal.

Une fois les déchets déposés dans le conteneur de tri ou le sac jaune, ils sont acheminés vers le centre de tri de Valor Pôle 72.

Les déchets sont séparés par matière dans ce centre de tri, ce qui explique pourquoi on peut mélanger les emballages en carton, plastique, métal et le papier dans les conteneurs ou les sacs jaunes.

Retrouvez la vidéo expliquant le fonctionnement du centre de tri :

Vidéo

Une fois toutes ces matières triées, elles sont mises en balles et acheminées vers les différentes usines de recyclage.

Le recyclage c’est la transformation d’un déchet en un nouvel objet en reprenant sa matière. C’est l’ensemble de techniques ayant pour objectif de récupérer les déchets et de les réintroduire dans le cycle de production dont ils sont issus. Tous ces déchets vont devenir un nouvel objet !

Le centre de tri peut être visité, sur rendez-vous. Quelques écoles de notre territoire ont déjà fait la visite !

En quoi sont recyclés nos déchets ? Quelques exemples...

  • Le PET c’est le plastique transparent des bouteilles d’eau par exemple.
  • Le PEHD est la matière des bouteilles des bouteilles de lessive, shampooings…

 

Comment se passe le recyclage : l’exemple des emballages en métaux

recyclage-emballage-metaux
Recyclage emballage metaux

Les économies de matières premières

L’utilisation de ces déchets permet d’économiser les matières premières :

  • 1,41 tonne de bois économisée par le recyclage d’une tonne de papiers-cartons
  • 0,61 tonnes de pétrole économisé pour une tonne de plastique recyclé
  • 2,44 tonnes de bauxite (matière première de l’aluminium) économisées pour une tonne d’aluminium recyclée

 

Sur notre territoire, en 2018, 228 tonnes de cartons ont été collectés et recyclés. Combien de tonnes de bois économisés ? Plus de 320 tonnes !

Le traitement des ordures ménagères

Les ordures ménagères ainsi que les encombrants, une fois collectés, sont acheminés vers l’ISDND (Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux) des Ventes de Bourse, où les déchets sont enfouis.

Les déchets dangereux y sont interdits ainsi que certains déchets particuliers comme les pneus, le plâtre…

L’ISDND des Ventes de Bourse est gérée par l’entreprise Suez. Le traitement des déchets ménagers fait l’objet d’un marché, la destination et le mode de traitement des déchets peut donc changer au renouvellement du marché.

 

traitement-ordure-menagere

Fonctionnement d’un centre d’enfouissement et présentation du site des Ventes de Bourse :

Pour prévenir les risques de pollution des sols, des eaux et de l’air, la règlementation impose des règles strictes dès la conception du site.

Tout d’abord le lieu n’est pas choisi par hasard : il doit être géologiquement favorable, c’est-à-dire que la nature du sol a naturellement une faible perméabilité. Ensuite, une deuxième barrière permet d’étanchéifier les casiers (divisés en alvéoles) : c’est la géo-membrane soudée. Cette géo-membrane isole les déchets du sol et permet également de récupérer les lixiviats produits par la fermentation des déchets et le contact avec l’eau de pluie. Ce liquide ne peut pas être rejeté dans le milieu naturel et doit être traité. Dans le cas de l’ISDND des Ventes de Bourse, une partie du traitement se fait sur place.

Le site des Ventes de Bourse dispose également d’un réseau de collecte du biogaz, créé par la fermentation des déchets. Ce mélange de méthane et de dioxyde de carbone alimente une unité de valorisation qui permet de traiter une partie des lixiviats. Le gaz produit a permis également le développement d’un nouveau projet en 2019 : le gaz est acheminé et réinjecté dans le réseau de gaz de ville de la Communauté urbaine d’Alençon.

 

L'ISDND en quelques chiffres

Ouverture en 2013
Surface totale du site : 70 hectares
16 hectares de surface exploitée
Nombre de personnes y travaillant : 7

En pratique, comment cela fonctionne ?

  • Le camion est pesé à l’entrée du site
  • La radioactivité du chargement est contrôlée grâce à un portail radioactif
  • Le camion va vider son chargement dans l’alvéole en service
  • Les déchets sont tassés par un agent à l’aide d’un engin.

Une fois l’alvéole pleine, elle est refermée grâce à la géo-membrane soudée qui permet d’étanchéifier et recouverte d’argile. Le dépôt des déchets continue dans une autre alvéole.

La post-exploitation

Après la phase d’exploitation et le remplissage des casiers autorisés, les ISDND sont suivis pour une durée de minimum 30 ans et assure la surveillance des lixiviats et du biogaz générés.

centre-enfouissement
Schéma de l’activité du site des Ventes de Bourse

Et les déchets déposés en déchèterie ?

Si un tri précis est demandé en déchèterie, c’est pour orienter au maximum les déchets vers les filières de valorisation. La règlementation et les filières de traitement évoluant rapidement, le SMIRTOM s’adapte et met en place ces nouvelles filières dans les déchèteries.

En 2020, les bennes Eco-Mobilier seront mises en place dans les 9 déchèteries : tous les meubles (armoires, tables, chaises, matelas, fauteuils…) seront collectés dans une benne dédiée et valorisés. C’est l’éco-organisme Eco-Mobilier qui est en charge de l’organisation de cette filière, financée par l’éco-participation que nous payons tous lorsque nous achetons du mobilier.

Ces déchets sont ensuite regroupés par matériaux et les différentes matières qui composent les meubles sont séparées (bois, mousse, métaux…).

La plupart des meubles sont recyclés :

  • les meubles en bois vont être broyés puis transformés en panneaux de particules qui vont servir à fabriquer de nouveaux meubles
  • les parties en plastique ou les meubles en plastique sont également broyés pour former des petites billes, qui vont être réutilisées dans beaucoup d’objets en plastiques, comme des tuyaux par exemple.
  • les mousses issues des matelas sont quant à elles transformées en des panneaux acoustiques et thermiques pour le bâtiment.
Que sont les éco-organismes ?

Ils sont en charge de l’organisation de la collecte des produits et équipements en fin de vie. Ils sont mis en place par les metteurs sur le marché de ces déchets, dans le cadre de la Responsabilité Elargie des Producteurs (REP).

L’ensemble des déchets verts collectés sur les 9 déchèteries du territoire est valorisé sur le site de Colonard-Corubert. Le SMIRTOM du Perche Ornais dispose d’une plateforme de déchets verts, gérée par un prestataire.

Cette plateforme permet à la fois de décharger facilement pour les usagers et les gros chargements et de transformer les déchets verts en compost.

Les déchets verts sont disposés en andains et vont commencer leur décomposition.

Les déchets verts vont ensuite être broyés et disposés à nouveaux en andains. Au bout de quelques mois, les déchets broyés vont être criblés pour enlever les plus gros morceaux qui ne se seraient pas décomposés. Ces morceaux de taille plus importante peuvent être réintroduits dans les déchets non décomposés ou valorisés en paillis.

Le compost ainsi obtenu est mis à la disposition des usagers, et vendu par le biais de notre prestataire par les grosses quantités pour les exploitations agricoles.

Les gravats collectés sur les déchèteries sont également envoyés sur le site de Colonard-Corubert, sur la plateforme qui leur est destiné, en attendant d’être collectés par une entreprise pour servir de remblais.

Le contenu des bennes bois est acheminé vers la plateforme de tri de notre prestataire, trié, et ensuite destiné à devenir un combustible de chauffage.

Les bennes ferrailles sont envoyées chez un ferrailleur qui va trier les métaux puis les renvoyer vers les usines de recyclage. En fonction du métal, ils vont servir à fabriquer de nouvelles pièces, des parties de voitures…tout ce qui peut être fabriqué en métal !

Les déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE)

L’éco-organisme EcoSystem est en charge de la filière des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) ainsi que des ampoules et néons.

Pour les appareils électriques, les différentes matières (plastique, métaux…) sont séparées pour être recyclées. Les appareils produisant du froid nécessitent un traitement spécifique, une dépollution :

Les ampoules et néons : constitués principalement de verre, de plastique et de métal, ils sont valorisés à près de 90 % de leur poids. Les poudres fluorescentes contenues dans certaines ampoules et qui contiennent une petite partie de mercure sont capturées au moment du broyage grâce à des filtres.

La collecte des déchets dangereux collectés en déchèterie, appelés les DDS (Déchets Diffus Spécifiques), est également gérée par un éco-organisme, pour les déchets générés par les particuliers : il s’agit d’EcoDDS. Ces déchets sont triés par les agents de déchèteries par famille : pâteux, acides, phytosanitaires… ce qui va permettre de les orienter vers les filières de traitement dédiées. Ces déchets vont connaître une valorisation énergétique dans des installations dédiées pour ce type de déchets.

Les piles, que deviennent-elles ?

Après un regroupement et un tri par type, elles sont envoyées vers les différents centres de traitement, tous en France, pour être recyclées. Le processus de recyclage diffère en fonction des types de piles. Elles sont en général broyées puis les différentes matières les composant sont récupérées.

Le recyclage des piles, au-delà du fait de ne pas polluer avec les métaux lourds en les jetant avec les ordures ménagères, permet d’économiser des ressources naturelles rares comme le zinc ou le nickel.

Le taux de collecte national des piles est de 34 % (par rapport aux quantités totales mises sur le marché), un effort est encore à faire !

Les huiles de vidange sont récupérées sur la plupart des déchèteries : elles sont ensuite traitées sur un site situé en Normandie. Avec 4 litres d’huile usagée, on obtient 3 litre d’huile prête à être utilisée.

Les huiles de friture sont également valorisées : l’usine se situe dans les Yvelines et fabrique du biocarburant à partir de l’huile usagée.

Si un tri précis est demandé en déchèterie, c’est pour orienter au maximum les déchets vers les filières de valorisation.

cycle-recyclage-pile